CLUB 418 - PAMPLE STUDIO
23848
post-template-default,single,single-post,postid-23848,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.2.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

CLUB 418

c-waicG297Ls3HMsLOFw9MQfsQUjaM6wo4zVXrd1GH0_FZdRH0W9jV3VSaGPgpbQCc8Zrw=w1896-h951QX9ppWN8GnyFfFMtNeUaaQjMEoUDLjBcCSjo7eZGf_O17wC6Sg9jUHYpYOxmzSacqTkvIQ=w1896-h951

 

Aujourd’hui, nous vous emmenons à la rencontre du collectif CLUB 418.

Une démarche écologique, durable et qui a de l’avenir ! Le principe est simple, ces quatre potes, shappers, utilisent beaucoup de matos chaque semaine, pour essayer d’avoir des créations « propres » autant dans leur sport que dans la vie de tous les jours, ils ont décidé de récupérer certains composants afin de ne pas les jeter et ainsi d’avoir un cycle de création respectueux. Une superbe idée dont a découlé la création d’une collection de mobilier.

Belle découverte !

it3NRkv52obxB80FafgqY4VINtiUgGL331pWK-zOuYCYmP2l17rr_XNQiyGM83w2RagVXg=w1896-h951

– Hello les garçons, pouvez vous vous présenter en quelques mots ?
Tous originaires du Sud Ouest, on a tous autour de trente ans et on est tous surfers. Amis de longue date, on s’est retrouvé sur la côte basco-landaise, où on avait envie de vivre.


– Comment vous est il venu l’idée de recycler l’excédant  de matière en mobilier ?



L’industrie du surf est extrêmement polluante, avec des matériaux issus de la pétrochimie. Tous les mois à l’atelier Gato Bask, des dizaines de kilos de résine catalysée finissait à la déchetterie. On a voulu trouver un moyen de réduire cette part de produit, très difficile à recycler et ultra polluante.
La recycler est un moyen de montrer l’exemple car l’image « écolo » sur surf (malgré les tentatives de certaines marques de faire mieux) n’est pas souvent très juste.

j6NHE7eRJgT-S2KCAHbXwX7LmijlM5lQHilbNZjOwvS8zYZ7UavDdNm4pN1lNCo-4lhUwQ=w1896-h951
– Comment procédez-vous par rapport à la récupération de la résine ? Est-ce que c’est le surplus utilisé lors de la stratification ? ou est ce que ce sont les « fins de pots » ?

Les deux !
Lors du glaçage d’une planche, afin de recouvrir uniformément le pain de mousse, on est obligé de laisser couler sur les bords de la planche. On récupère cette résine-là, le process de fabrication des meubles est  à 100% lié à celui des boards. De plus, on utilise toutes les quelques millilitres de fin de pots qui restent sur les bras à la fin d’un mélange. Cette résine est catalysée et durcit très vite. Elle doit être utilisée immédiatement car dès qu’elle durcit (ou catalyse), elle devient très difficilement inutilisable.


Vous qualifiez vos créations d’éthiques et responsables, pensez vous que c’est le futur de tous les créateurs ?

Aujourd’hui les notions de respect de l’environnement sont essentielles pour nous. Malheureusement pas pour tous les créateurs. La logique capitaliste les pousse, quels que soient les produits, vers la fabrication dans des pays où les contraintes écologiques sont nulles ou quasi. La conception-même de ces produits ne prend souvent pas en compte ces notions. Par exemple, on pourrait faire fabriquer nos pieds en bois à l’étranger, avec un véritable gain de coût. Nous sommes dans une autre démarche. Le bois utilisé est français, les pieds tournés par un ébéniste basque. Nos meubles sont un peu plus chers que des tables de série fabriquées en Asie, mais elles représentent notre vision, une logique commerciale différente, et un imapct écologique très faible. Les créateurs qui nous inspirent ont un respect pour les matières et tendent vers la logique de l’artisanat.
Tout est fait à la main, comme pour les planches Gato Heroi, où tout est artisanal du shape au polissage, contrairement à de nombreuses marques de surf qui fabriquent tout en Asie.

zncNmr9vMNs07G-LUlb0xe1cjDTW1W-okudyX_aerOJKGy4HX9YjoSYioaPbmMb4hxxdXQ=w1896-h951
– Où puisez vous vos inspirations design ?
L’essentiel de nos inspirations vient des années 50 et 60. Que ce soit pour le deisgn, le lifestyle ou même la musique. C’est le reflet d’une époque où les objets avaient plus de valeur sentimentale et la notion de mode et de versatilité était moins dominante qu’aujourd’hui. Notre premier produit, la table Lighthouse est un gros standard du design de ces années-là. On a souhaité le revisiter.


– Réalisé de manière traditionnelle, travaillez-vous seul ou êtes-vous entourés d’artisans ?

Un poste important est le tournage des pieds. C’est un artisan basque qui s’en occupe pour nous. Jacques a la particularité d’être non voyant et de tout faire au toucher. Les pieds ont un rendu exceptionnellement précis.
La soudure des pièces métallique,  le coulage de résine,  les finitions, la peinture, l’assemblage, le polissage… Tout le reste est fait par nos soins à l’atelier.

cWlq6AET3pr-my1M99AM4mFLHsmqmSVl5uNI9SYm1F-FRW8n4LPI-sWVqSis2_lCIK_QCA=w1896-h951
– Quelles sont les différences entre la réalisation d’une board et d’une table ?


On déconseille à nos clients d’aller surfer les tables…Même s’il y a plutôt des points communs entre les deux, notamment la précision. On reprend la rigueur qui existe dans la fabrication des planches. Le shape d’une planche fait qu’elle va être performante ou pas. Cela se joue à quelques millimètres, sur sa forme, son poids. On réutilise cela dans le mobilier pour tendre vers le zéro défaut. 
La maîtrise des matériaux est aussi partagée. Les finitions colorées des planches nous permettent d’avoir un vrai savoir-faire dans l’utilisation des pigments.
A l’atelier de glaçage, il y a plein de pots de pigments. Et on a nos recettes secrètes pour concocter des couleurs qui représentent l’esprit des tables Club418 comme celles des longboards Gato Heroi


– Si je fais un poc dans ma table, dois-je aller voir mon local shaper pour qu’il la répare ? 😉
Peu de chance pour le poc, les tables sont ultrasolides. Pour tout gros poc version « coup de massue », un petit passage à l’atelier sera le plus adapté !


– Que pouvons nous vous souhaiter pour vos prochaines collections ?
Que nos meubles décorent de nombreux intérieurs… On aime penser qu’ils soient adoptés !
Et pour la suite, on a en projet le développement de nouveaux meubles et des pièces de déco. La marque sera bientôt distribuée à l’étranger, aux USA et au Japon…

Envie d’en savoir encore plus, rendez-vous sur leur site internet : CLUB418

 

 

No Comments

Post a Comment