INSIDE : l'aventure solaire et bohème Mimitika ! - PAMPLE STUDIO
27697
post-template-default,single,single-post,postid-27697,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.2.1,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

INSIDE : l’aventure solaire et bohème Mimitika !

Vous n’avez pas pu passer à côté de son packaging acidulé et son nom exotique : Mimitika c’est la nouveauté de l’été et le must have à glisser dans son sac de plage ! Derrière ce joli produit solaire, il y a bien évidemment une formule efficace et ultra-protectrice contre les UV mais aussi une aventure entrepreneuriale féminine et tropicool. Nous sommes allées à la rencontre d’Audrey, 29 ans, créatrice de la marque. 

 

 

Bonjour Audrey, peux-tu nous parler de toi et ton parcours ?

J’ai 29 ans et je suis maman d’un petit garçon de 1 an qui est né le lendemain du lancement de MIMITIKA. Parisienne depuis toujours, je viens tout juste de déménager à Bordeaux pour me rapprocher du soleil et de la mer.

Je suis une vraie amoureuse du soleil et j’ai toujours aimé passer du temps au soleil, que ce soit en faisant la crêpe sur le sable ou en flânant dans l’eau. Comme je ne trouvais pas de crème solaire qui ne ressemble pas à du dentifrice quand on l’applique, j’ai décidé après plusieurs années chez CHANEL, de tout plaquer pour créer ma propre marque de protection solaire : MIMITIKA. Mon objectif est de dépoussiérer ce secteur et de créer des produits sains et beaucoup plus agréables à utiliser, pour protéger tous ceux que j’aime du soleil !

 

Comment t’es venu le concept de Mimitika ?

En 2014, je suis tombée sur une étude qui montrait que d’ici à 2020, un européen sur six aurait un cancer de la peau au cours de sa vie. Pourtant, l’application régulière d’une protection solaire dès le plus jeune âge a un impact direct sur la réduction des risques. J’ai réalisé que paradoxalement, je n’avais jamais rencontré une seule personne, y compris moi, qui aimait se mettre de la crème solaire. Les textures sont grasses et collantes, les crèmes laissent des traces blanches…

J’ai à ce moment-là eu un vrai déclic : je voulais dépoussiérer le secteur de la crème solaire et créer une crème protectrice que pour une fois les gens auraient envie d’utiliser. Une crème pour ceux qui aiment le soleil, ceux qui aiment vivre dehors sans se soucier de rien. La marque est imprégnée de cet esprit libre, bohème et ivre d’insouciance qu’on souhaite tous avoir pendant les vacances.

Au delà du concept et du message, je reste convaincue que la vraie force de la marque c’est la formule que j’ai réussi à développer. Le premier produit est une crème pour le visage avec un indice de protection 50 qui a une texture proche d’une crème de jour. En plus d’être water-resistant et hydratante, elle contient un actif naturel qui permet d’activer la mélanine et donc d’accélérer le bronzage. Le petit plus, c’est une fabrication 100% made in France et des produits qui ne contiennent aucun mauvais ingrédient : pas de parabène, pas d’allergène, pas de nanoparticules, pas de PEG, pas de phenoxyethanol et pas d’alcool !

 

 

La création d’entreprise, beaucoup en rêvent ! Comment cela s’est passé ?

C’est vrai que ça fait rêver ! Pouvoir être son propre patron, être libre, créer une marque qui nous ressemble, voir le résultat concret de ses actions… autant d’arguments qui donnent envie de se lancer. Pour moi cela s’est fait très vite. J’avais ce projet dans un coin de ma tête depuis plus d’un an, mais cela me semblait tellement compliqué que je n’osais pas sauter le pas. A l’approche de l’été suivant, j’ai eu un déclic et 10 jours après j’ai démissionné de chez Chanel pour me lancer. Je n’avais ni business plan, ni formule, je savais juste que je voulais révolutionner le marché de la crème solaire !

La vie d’entrepreneur est beaucoup moins rose que ce qu’on peut s’imaginer et certains jours c’est vraiment difficile. C’est une vie à 100 à l’heure, on travaille beaucoup pour une rémunération nulle ou très faible au début, il faut sans cesse convaincre les gens de son projet, et globalement on est assez seul pour affronter tout cela. Mais tous ces moments difficiles sont récompensés par l’amour que les gens ont pour la marque. J’ai conscience que MIMITIKA est encore une toute jeune marque, que peu de gens la connaissent, et je suis toujours impressionnée quand je reçois des messages de personnes que je ne connais absolument pas et qui me disent qu’ils n’avaient jamais eu de crème solaire comme ça, qu’ils adorent la marque, qu’elle va changer leur été et qu’ils en parlent à tout le monde autour d’eux. C’est la meilleure des récompenses et ça me donne plein d’énergie pour continuer.

 

 

Quels sont tes projets de développement de la marque ? 

Je veux que MIMITIKA puisse convenir à tous les amoureux du soleil !
Mon objectif est donc de lancer dès le printemps prochain plusieurs nouveaux produits, toujours de protection solaire, avec des nouveaux formats et de nouveaux indices de protection.

 

As-tu un mantra, une devise que tu appliques au quotidien ? 

« On ne peut pas arrêter les vagues, mais on peut apprendre à surfer »

En tant qu’entrepreneur je rencontre tous les jours des difficultés : avec des fournisseurs, des distributeurs, des bugs informatiques etc… Et ce n’est pas comme chez Chanel où j’avais une armée de services supports pour m’aider à régler n’importe quel problème.

 

Alors je me répète souvent qu’aucune difficulté n’est insurmontable et que tout à une solution. Il suffit de prendre la vague avec la bonne planche et au bon moment 😉

 

1 Comment

Post a Comment